Le vrai coût d’une installation électrique

9 Mar | Installation électrique

Comprendre le devis de pose de votre installation électrique sans se tromper

Pour les clients (aussi bien particuliers que pour des constructeurs, architectes ou promoteurs ayant affaire à des sociétés d’électricité), les devis laconiques, peu précis, voir incomplets concernant les installations électriques dans le neuf ou la rénovation lourde sont souvent difficiles à déchiffrer et on peut avoir le sentiment légitime de ne pas savoir ce que l’on achète. Pour les professionnels installateurs, leurs préoccupations sont de réaliser des installations conformes aux attentes de leurs clients, tout en réduisant les coûts pour gagner les marchés, et en maximisant leurs marges pour pérenniser leur entreprise.

Les différentes méthodes de pose pour votre installation électrique

Quelle que soit la complexité de l’installation électrique, il existe aujourd’hui 4 méthodes principales pour réaliser l’installation :

La pose « à l’ancienne »

 

electrcien-chantier

Une première méthode consiste à acheter tout le matériel séparé, y compris les fils et les gaines. Cela oblige à filer les gaines sur le chantier au cas par cas. C’est un travail fastidieux qui peut se réaliser seul mais qui nécessite au moins deux personnes pour être efficace, voir avec un équipement de chantier spécialisé (fileuse transportable) réservé aux professionnels. Cela prend beaucoup de temps pour une opération qui est aujourd’hui réalisée à moindre coût par des machines automatiques de façon industrielle. Cette méthode oblige à gérer un stock de pièces unitaires important et les achats d’une grande quantité de lignes de commandes. C’est pourquoi cette méthode est complètement tombée en désuétude et n’est utilisée que ponctuellement par des auto-constructeurs cherchant à minimiser le coût du matériel au maximum sachant que leurs heures sont à coût nul. Et ponctuellement par des professionnels pour terminer des restes de stocks.

La pose avec des gaines pré-filées

gaine pré-filée

La deuxième méthode consiste à acheter tout le matériel électrique de façon séparée avec des couronnes de gaines pré-filées. Le surcoût dû au pré-filage industriel est aujourd’hui très faible. Le montage du tableau électrique et son câblage sont effectués directement sur le chantier. C’est la solution la plus utilisée par les électriciens travaillant « à l’ancienne » et pour des installateurs réalisant peu de chantier à l’année ou bien des chantiers très personnalisés. C’est aussi une solution régulièrement utilisée en auto-construction car il est aisé de trouver de la littérature et des informations sur Internet sur cette façon de faire.

La pieuvre électrique « nue »

Schéma de principe des pieuvres électriques Essensys

La troisième méthode consiste à faire appel à un « pieuvriste » qui va préparer de façon industrielle des réseaux de gaines pré-filées complets prêt à poser. Ces réseaux de gaines pré-filées appelées pieuvres sont fabriqués sur mesure en fonction des plans de chaque logement. Le reste du matériel électrique est approvisionné par ailleurs au détail et est installé sur place par une personne qualifiée. Cette méthode devient de plus en plus courante de par les économies qu’elle permet de réaliser. En effet, le travail de câblage est organisé de façon industrielle et les volumes d’achats importants peuvent bénéficier aux clients. Autrefois réservé aux grosses sociétés d’électricité, on trouve aujourd’hui sans problème des pieuvristes avec des solutions pour les plus petits installateurs, constructeurs et les particuliers en auto-construction.

La pieuvre électrique prête-à-poser / les kits électricité prêts-à-poser

Pieuvre électrique Essensys

La quatrième méthode consiste à faire appel à un pieuvriste qui va non seulement fabriquer en usine les réseaux de gaines pré-filées sur mesure, mais aussi préparer au maximum en amont la GTL (Gaine Technique du Logement) et voir même les appareillages. Les pieuvristes mettent de plus en plus souvent en place des solutions de ce type avec des degrés divers dans la simplification de pose. Certaines solutions vont si loin qu’elles permettent aujourd’hui à des particuliers sans formation de faire leur propre installation sans problème.

Comment choisir la méthode de pose la plus adaptée à votre projet ?

Pour pouvoir évaluer l’efficacité d’une méthode par rapport à une autre, il convient de prendre en considération plusieurs facteurs, tel que le pays d’installation, le coût de sa main d’œuvre, le niveau de qualification local, la disponibilité des équipements sur place, les habitudes en vigueurs, le nombre de logements à équiper, la fabrication plus artisanale ou industrielle des logements, etc.

Pour un pays industrialisé comme la France, le prix de la main d’œuvre est tel que les pieuvres simples ou les systèmes complets pré-montés sont les plus indiqués. De plus, la production industrielle est souvent délocalisée et permet de produire des équipements complets à moindre coût pour le marché français.

Pour des pays moins développés au coût du travail inférieur on pourrait être tenté de privilégier d’avantage le travail sur place, mais il faut souvent faire face à un problème de manque de personnel qualifié qui fait que les gains de production sont vite contrebalancés par des temps d’installation rallongés et des coûts de formation, de contrôle et de non qualité qui peuvent annuler voire dépasser le gain initial.

Il faut aussi prendre en considération qui sera l’installateur. Les grosses sociétés d’électricité sont généralement structurées pour travailler avec la troisième méthode. Elles font fabriquer les pieuvres en fonction de chaque logement et approvisionnent le reste du matériel électrique avec des prix de gros, parfois en direct chez les fabricants. Leur nombre important de salariés permet de segmenter le travail pour gagner en efficacité : acheteurs dédiés pour les approvisionnements, personnel peu qualifié pour la pose répétitive des appareillages, électriciens pour le câblage des tableaux électriques et contrôleurs qualités pour valider les chantiers. Restent qu’elles font souvent face un turn-over et un absentéisme importants qui oblige à former en permanence de nouveaux arrivants, d’où un besoin croissant de produits innovants permettant d’avoir des collaborateurs rapidement opérationnels et à moindre coût.

Les plus petites sociétés d’électricité et les électriciens indépendants privilégieront plutôt les deuxième et troisième méthodes. Ils se doivent d’être efficaces mais vendent beaucoup leur savoir-faire. Il ne faut pas non plus sous-estimer le poids des habitudes : « on travaille comme ça car on a toujours travaillé comme ça ».

Selon son degré de connaissances, un particulier privilégiera tantôt la quatrième méthode pour être tranquille, tantôt la première ou la deuxième pour tirer les coûts vu qu’il ne facture pas ses heures.

La tendance générale est quand même à l’innovation afin de sous-traiter de plus en plus un maximum de sous-parties en usine pour avoir un minimum de travail qualifié à effectuer sur le chantier. Les grands fabricants de matériel électrique ont d’ailleurs tous initiés une transition ces dernières années en remplaçant leurs gammes de matériel électriques de tableau ancestrales vers des nouvelles gammes offrant une multitudes de détails innovants permettant un travail accéléré et facilité (Legrand avec leur gamme DNX3, Hager avec leur gamme SansVis, Schneider avec leur gamme DuoLine, etc.). Ils partent du principe que les clients sont prêts à payer le matériel 20 à 25% plus cher si l’économie réalisée en face sur le coût global d’installation est supérieure.

Comment calculer le vrai coût d’une installation électrique ?

plan-electrique

Le coût d’une installation électrique ne se résume donc pas comme on l’imagine souvent à un empilement de coûts matériels avec un nombre d’heures de main d’œuvre fixe, car le nombre d’heures nécessaires est variable et directement lié à la qualité et l’avancée technologique du matériel employé.

La règle n°1 est donc de raisonner coût d’installation global du chantier d’électricité fini auquel il convient d’ajouter le coût de la non qualité sur au moins les deux années qui suivent.

Comment se compose le coût de votre installation électrique

  • Les fonctionnalités. Cela parait évident mais le coût d’une installation peut varier du tout au tout selon ce que l’on souhaite faire. Cela peut aller de l’électricité traditionnelle la plus basique (que des simples allumages partout pour l’éclairage par exemple), à de l’électricité traditionnelle plus évoluée (rajout de va et vient et de télérupteurs sur les éclairages par exemple), jusqu’aux systèmes domotiques les plus complexes et les plus paramétrables. Il faut distinguer l’ajout de fonctionnalités simples nécessitant juste du temps et le matériel habituel en plus grande quantité (rajouter des points d’éclairages dans une pièce par exemple), de l’ajout de fonctionnalités plus complexes nécessitant du matériel et des compétences spécifiques (comme le pilotage à distance de ces éclairages par exemple).
  • Le nombre d’heures pour réaliser l’installation complète (y compris programmation pour certains systèmes domotiques). Ce poste est généralement estimé de façon incomplète car il faut inclure les temps et frais d’approvisionnements (d’autant plus long et couteux que le nombre de références et de fournisseurs est important), les temps de préparation, les remplacements d’erreurs d’approvisionnements ou de produits défectueux, etc. Et sur le chantier lui-même, qui ne s’est jamais battu avec des matériels peu pratiques et qui font exploser les temps de pose (des fils bas de gamme cassant quand on les dénude, des prises RJ45 difficiles à câbler, un tableau serré où l’on ne peut pas passer les doigts, etc.) ?
  • Le personnel nécessaire pour réaliser l’installation. Le nombre de personnes nécessaires est important mais leur degré de qualification et d’expérience peut influer également de façon importante sur le coût global. Et au-delà du coût, du personnel moins qualifié facilite l’interchangeabilité, permet de minimiser les coûts de turn-over et d’arrêts maladie, permet de trouver plus rapidement au pied levé de la main d’œuvre pour faire face à des surcharges (cette flexibilité est d’autant plus appréciables dès lors que les contrats prévoient des pénalités de retard), etc.
  • Le temps de mise au point. Il ne faut pas négliger le temps de déverminage de l’installation. Il faut parfois des heures pour trouver une simple erreur de câblage anéantissant le léger surcoût qu’aurait engendré l’utilisation systématique de connecteurs détrompés par exemple. Évidemment, ceci est d’autant plus vrai que l’installation est complexe. Certaines installations peuvent nécessiter un domoticien spécialisé pour la mise au point, engendrant des coûts importants.
  • Les coûts liés aux dysfonctionnements dans le temps. Sauf justification particulière, même si on pourrait penser qu’un matériel électrique en vaut un autre, une différence de prix trop marquée cache généralement des inégalités sur la qualité car invisible de premier abord. Un matériel de mauvaise qualité ne montrera généralement ses défauts que dans le temps. L’impact sera alors à prendre en compte sur des frais de non qualité des chantiers précédemment réalisés, ce qui est toujours difficile à évaluer et généralement sous-estimé (on pense au coût de la pièce à remplacer mais rarement aux frais d’approvisionnement, de déplacement, de main d’œuvre, etc.). Dans ce milieu il n’y a pas vraiment de prix « marketing » (des prix élevés artificiellement pour faire croire à une qualité supérieure) : on a généralement ce que l’on paye. A qualité égale on aura aussi souvent tout intérêt à investir dans du matériel de dernière génération. Par exemple des équipements de tableaux en bornes à ressort plutôt qu’en bonnes vieilles bornes à vis suppriment les risques de faux contacts liés à de mauvais serrage (la notion de serrage étant souvent variable d’un individu à l’autre) ou de desserage dans le temps.

Tableau comparatif du coût global des principales méthodes d’installation électrique

 

La société Valentinéa propose avec Essensys by C’Preylec une solution d’installation électrique entièrement domotisée abordable, qui permet réellement une pose sans connaissance en électricité.

Quelles sont les avantages du kit électricité prête à poser Essensys by C’Preylec ? En savoir plus.

A quoi ressemble le kit électricité domotique Essensys by C’Preylec ? En savoir plus.

Quelles sont les fonctions de l’installation électrique et domotique Essensys by C’Preylec ?

Comparez Essensys by C’Preylec par rapport à une installation électrique traditionnelle.